Information Jeunesse en Val d'Oise

Créer sa propre source d’engagement

hands-1121205_960_720

Que l’on souhaite s’engager à travers un projet personnel ou associatif, s’investir dans un domaine tel que l’art, la culture  ou le loisir,  le cheminement est plus au moins long. Le passage à l’action nécessite une réflexion et une étude poussée sur différents points :

 

Quel statut ? La nature du projet est la base. Selon que l’on soit seul ou à plusieurs, à but lucratif ou non-lucratif , le statut prendra la dimension d’un entreprise ou d’une association.

 

Petit ou grand projet ? En fonction des moyens humains, matériels et en temps mis en œuvre pour le réaliser, un projet peut être de petite, moyenne ou grande envergure.

 

– L’innovation : Si l’idée en elle-même n’est pas forcément innovante, la présentation et la personnalisation du projet représentent sa valeur ajoutée. Ce qui est important pour convaincre ses futurs interlocuteurs. Il est très important à ce stade embryonnaire de se faire accompagner par un professionnel d’un lieu-ressource, de se documenter au maximum sur ce qui a déjà été fait ou tenté. Cette démarche évitera des erreurs.

 

– L’actualité :  Un projet qui surfe sur l’actualité et ses préoccupations convaincra plus facilement les futurs partenaires, surtout financiers, et les médias. Par exemple, la sécurité routière, l’économie solidaire, le développement durable sont des thèmes porteurs.

 

– L’implantation géographique  : À déterminer en priorité, en fonction du rayonnement du projet et des besoins locaux. Ce qui permettra aussi d’identifier rapidement les lieux ressources du secteur.

– Le porteur de projet : En solo ou à plusieurs ? Seul, on n’engage que soi-même, il n’est pas question d’avoir des doutes sur sa propre motivation, malgré les « phases découragement ».À plusieurs, le niveau d’implication de chacun n’est pas forcément aussi fort, la disponibilité non plus.

 

– La faisabilité : À évaluer soigneusement, en déterminant les moyens humains et financiers à mettre en œuvre pour atteindre l’objectif initial. Il convient de rester réaliste, les projets démesurés étant souvent voués à l’échec.

 

– La visibilité :  Pour convaincre de l’utilité et de l’impact d’un projet, on peut établir rapidement un plan de communication, en faisant appel aux médias locaux dont on dispose : journaux municipaux, radios locales…