Information Jeunesse en Val d'Oise

Dérives sectaires : où en parler

Quand on est un peu fragile, en période de doute ou de stress, ou de désaccord avec sa famille et son entourage, on peut être plus facilement influençable.

Eprouver un désir de transgression et de liberté, c’est tout à fait normal, mais attention à ne pas se laisser séduire par des discours absolus qui revendiquent en apparence des idéaux (souvent de progrès et de solidarité) mais qui, dans leur fonctionnement, visent en fait une captation des esprits et des biens. Ces mouvements peuvent être relayés sur les médias sociaux, via des vidéos, ou tout simplement par une personne qui parait convaincante.
Ce type d’emprise peut occasionner chez l’adolescent ou le jeune adulte des comportements violents vis-à-vis de lui-même ou des autres, voire le conduire à rompre tout lien avec sa famille.

Qu’est-ce qu’une dérive sectaire ?

Une dérive sectaire c’est : « un dévoiement de la liberté de pensée, d’opinion ou de religion qui porte atteinte à l’ordre public, aux lois ou aux règlements, aux droits fondamentaux, à la sécurité ou à l’intégrité des personnes ».

Une personne est dite en « danger de risque sectaire » lorsque lui sont imposés par un groupe organisé ou une autre personne, des discours, des pressions et/ou des pratiques ayant pour but de créer ou exploiter une emprise psychologique ou physique, le privant de tout ou partie de son libre arbitre avec des conséquences dommageables pour elle.

Comment s’en apercevoir ?

Souvent les personnes en danger de risque sectaire présentent certains symptômes :

  • isolement et désocialisation,
  • atteintes physiques,
  • régime alimentaire carencé,
  • rupture du suivi thérapeutique et privations de soins conventionnels,
  • dés-instruction,
  • changement important du comportement de l’enfant,
  • embrigadement,
  • discours stéréotypés,
  • absence d’expression autonome.

Les proches des victimes de dérives sectaires sont souvent la seule chance de sortie pour les personnes happées dans un mouvement sectaire.
C’est la raison pour laquelle le meilleur conseil à donner aux proches de personnes qui se trouvent dans une situation d’emprise est de ne jamais rompre le lien avec ces dernières.

 

Où en parler ?

Agence régionale de santé
Délégation territoriale du Val d’Oise
2 avenue de la Palette 95000 Cergy
01 34 41 14 00

Le CCMM
Centre Contre les Manipulations Mentales
3, rue Lespagnol
75020 PARIS
01 43 71 12 31
01 44 64 02 40
www.ccmm.asso.fr

Permanence téléphonique :

lundi, mercredi et vendredi de 14h30 à 18h

L’ INAVEM
Institut National d’Aide aux Victimes et de Médiation (Réseau d’associations de professionnels de l’aide aux victimes)

27 Avenue Parmentier, 75011 Paris

08 842 846 37 : Numéro non surtaxé  7 jours sur 7 de 9h00 à 21 h00
www.inavem.org

 

Faire un signalement :

Informer la Miviludes

Vous pouvez également saisir une administration de l’Etat ou un ordre professionnel, ou signaler une infraction pénale à la justice. En savoir plus