Information Jeunesse en Val d'Oise

[Présidentielles] Fact-checking sur les questions européennes

 

A l’approche du premier tour de l’élection présidentielle française, qui se tiendra le 23 avril, les propositions des différents candidats s’accumulent. S’agissant des questions européennes, pour y voir plus clair, Toute l’Europe recense l’ensemble du fact-checking réalisé par la presse française.

 

Un exemple tiré de chaque programme européen des candidats principaux :

 

– Jean-Luc Mélenchon 

Droit européen / La mesure : « Refuser les régressions du droit européen sur les questions sociales et écologiques par rapport au droit national » – Programme électoral

  •  « Impossible à appliquer », selon Contexte. « Selon la hiérarchie des normes, le droit européen prime sur le droit français. Un pays ne peut donc sélectionner ce qui l’intéresse dans la législation commune et rejeter le reste. Il y va de l’unité juridique de l’UE ».

 

– Benoît Hamon

Economie / La mesure : « Mise en commun des dettes publiques des Etats de la zone euro qui dépassent les 60% du PIB »

  • Difficile à mettre en place, selon Le Monde. Car il s’agit d’autant de sujets qui ne font pas l’unanimité au sein des pays de la zone euro. François Hollande avait lui aussi plaidé pour un budget de la zone euro et un parlement spécifique.

 

– Emmanuel Macron

Citoyenneté / La mesure : « Lancer des conventions démocratiques partout en Europe pour redonner confiance en l’Europe »

  • Ne ferait pas sortir du « carcan national » pour Le Taurillon. Avec 27 conventions différentes, le débat ne serait pas européen. « L’entre-soi ne peut pas faire naître un projet commun ».

     

– François Fillon

Immigration & Schengen / La déclaration : « Les demandeurs d’asile dont la demande apparaîtra manifestement infondée ou qui sont originaires de pays réputés sûrs seront placés en rétention administrative […], de manière que leur éloignement soit garanti en cas de rejet de leur demande »

  • « Illégal et irréaliste » selon L’Humanité. « Le droit européen proscrit tout caractère automatique au maintien en rétention ».

 

– Marine Le Pen

Emploi & Social / La mesure : « Supprimer la directive détachement des travailleurs » 

  • « Un remède pire que le problème », juge Contexte. « Si le FN suspend l’application de la directive travailleurs détachés à son arrivée au pouvoir, il supprimera de facto l’obligation créée par le texte pour l’employeur de respecter la législation du pays d’accueil de l’employé, et donc le salaire minimum. À la place, ce sera le principe du pays d’origine qui fera loi. Cela permettrait donc aux entreprises polonaises de payer légalement au niveau polonais leurs travailleurs envoyés en France… ».

 

En savoir plus